Vous êtes ici : Accueil > Collège > D N B > DNB Mathématiques - Session 2013
Publié : 2 septembre 2012
Format PDF Enregistrer au format PDF

DNB Mathématiques - Session 2013

S’ADRESSE AUX PROFESSEURS DE COLLÈGES
- formalise et précise les évolutions en cours depuis 2007 (programmes et examens),

ET AUX PROFESSEURS DE LYCÉES
- connaitre les orientations données à l’enseignement en collège, pour accueillir les élèves en seconde avec le moins de ruptures possibles,

nota pour le lycée : les paragraphes 4 et 5 ci-dessous renforcent les évolutions amorcées au niveau des compétences en lycée (les objectifs de formation des contenus des programmes, de l’activité algorithmique, du MPS ...) et déjà évaluées lors des sessions précédentes du bac (cf. second mail à suivre sur les compétences évaluées au bac 2011)

 

La note de service précisant les nouvelles modalités d’attribution du DNB (séries générale et professionnelle – session 2013) est parue au BO du 29 mars. Vous trouverez en pièce jointe l’extrait concernant l’épreuve de mathématiques.

Nous attirons ci-dessous votre attention sur quelques points de continuité avec les changements initiés dès le DNB 2007, et sur les nouveautés qui doivent avoir une incidence sur la formation des élèves – et ce dès la classe de 6°.

A ce titre, nous engageons fortement ceux qui ne l’auraient déjà fait (55% des professeurs de collèges se sont déjà impliqués dans cette démarche) à s’inscrire aux divers stages Socle commun du PAF mathématiques mis en place depuis 2009. Notons que le DNB 2013 sera passé par la cohorte qui était en 6° en 2009.
Ces nombreux stages sont autant de temps d’explicitation, d’accompagnement et de facilitation du changement des pratiques. Leurs évaluations montrent qu’ils sont appréciés et utiles.

Les IA-IPR de mathématiques

 

DNB 2013 - Commentaires des changements induits pour la formation des élèves :

ÉPREUVES DE L’EXAMEN

Les épreuves de l’examen permettent d’apprécier l’ensemble des connaissances et des compétences acquises par les candidats dans le cadre des programmes d’enseignement et en référence au socle commun.

ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES

3. Objectifs de l’épreuve
Pour tous les candidats, l’épreuve évalue les connaissances et compétences définies par le socle commun au palier 3.
Pour les candidats de la série générale uniquement, les acquis à évaluer se réfèrent à l’intégralité du programme de la classe de troisième.
Dans l’esprit du socle commun, le sujet doit permettre d’apprécier la capacité du candidat à mobiliser ses connaissances et à mettre en œuvre une démarche scientifique pour résoudre des problèmes simples.
Commentaire : la formation des élèves en mathématiques, comme le précisent les programmes, doit leur permettre de mobiliser des connaissances lors de la mise en œuvre d’une démarche de résolution de problèmes – à opposer avec la seule résolution technique d’exercices stéréotypés.
La maitrise de techniques reste bien nécessaire durant la formation mais n’est plus suffisante notamment pour l’examen.

4. Structure de l’épreuve
Le sujet est constitué de six à dix exercices indépendants.
Commentaires : la structure n’est plus divisée en 3 parties “numérique”, “géométrique”, “problème” – structure qui conduisait à une séparation parfois artificielle et avec des exercices devenus trop classiques.
Les exercices, en plus grand nombre, sont à traiter séparément, l’objectif affiché étant d’éviter les abandons notamment sur la partie problème.

Les exercices correspondent aux exigences du socle commun pour la série professionnelle et portent sur différentes parties du programme de troisième pour la série générale.
Commentaire : le socle commun est la “borne inférieure” de l’ensemble des savoirs et compétences (si tant est qu’il puisse être ordonné) pour tous les élèves de collège, le programme est l’objectif pour tous.
Pour les élèves présentant la série professionnelle, comme les 3°DP6 (futures 3°Prépa Pro), l’année de troisième doit être prioritairement l’occasion de la consolidation des acquis des programmes de 5°, 4° et de ceux de 3° relevant du socle commun (tout sauf ce qui est écrit en italiques dans le programme). La poursuite au-delà de ces acquis dits fondamentaux reste à envisager pour tout ceux des ces élèves le pouvant sur tel ou tel autre domaine du programme.

L’ensemble du sujet doit préserver un équilibre entre les quatre premiers items de la compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences - les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique - appliqués à l’activité de résolution d’un problème mathématique :
- rechercher, extraire et organiser l’information utile ;
- mesurer, calculer, appliquer des consignes ;
- modéliser, conjecturer, raisonner et démontrer ;
- argumenter et présenter les résultats à l’aide d’un langage adapté.

L’essentiel de l’épreuve évalue ces capacités.
Commentaire : l’évaluation se fait essentiellement au travers du prisme des 4 capacités de la résolution de problèmes (parfois dénommées C1, C2, C3, C4 dans les disciplines scientifiques).
La formation doit donc les prendre en compte tout au long des 4 années du collège – dès la classe de 6° – et il en va de même pour l’évaluation.
Pour l’évaluation et le suivi, ne surtout pas tomber dans les “usines à cases” - indigestes et selon une vision quantitative - mais les intégrer de façon ciblée dans le vocabulaire, dans le suivi, dans les évaluations et dans les appréciations – selon une vision qualitative : pointer les progrès.
Bien au-delà de notre discipline et des disciplines scientifiques, ces capacités de résolution de problèmes permettent surtout de diagnostiquer des difficultés récurrentes dans les disciplines en général et ainsi d’agir sur le cœur de la difficulté de l’élève, non pas en soutien disciplinaire mais en équipe pédagogique coordonnée autour d’un PPRE, sur la prise d’information ou sur le raisonnement par exemple.
enfin, la notation des élèves doit se faire en cohérence avec les réussites constatées tant sur les savoirs mathématiques que sur ces capacités de résolution de problème.

Un des exercices au moins a pour objet une tâche non guidée, exigeant une prise d’initiative de la part du candidat.
Commentaire : la formation doit permettre une habitude de prise d’initiative, de réflexion sur le statut de l’erreur et sur la validité des démarches personnelles, autant d’étapes pour un élève vers l’objectif final de la démarche experte.
C’est le cas avec les tâches complexes des banques EDUSCOL par exemple (et du stage PAF) ou avec les devoirs en classe ou à la maison faits sous forme de Narrations de recherche (autre stage du PAF).

5. Instructions complémentaires
Le sujet doit permettre à la plupart des candidats d’achever l’épreuve dans le temps imparti.
Certaines questions peuvent prendre la forme de questionnaires à choix multiple, d’autres conduisent à justifier un résultat.
Commentaire : la formation doit aussi permettre une capacité de réflexion sur des affirmations d’autrui (capacités : raisonner, argumenter), qui faisait l’objet d’un exercice au DNB 2011.
Le travail de groupe est une des modalités d’organisation permettant cette confrontation cognitive.

Les exercices peuvent prendre appui sur des situations issues de la vie courante ou d’autres disciplines.
Commentaire : voir les thèmes de convergence, le document Onisep-maths, la banque Eduscol...

L’évaluation doit prendre en compte la clarté et la précision des raisonnements ainsi que, plus largement, la qualité de la rédaction scientifique. Les solutions exactes, même justifiées de manière incomplète, comme la mise en œuvre d’idées pertinentes, même maladroitement formulées, seront valorisées lors de la correction. Doivent aussi être pris en compte les essais, les démarches engagées, même non aboutis. Les candidats en sont informés par l’énoncé.
Commentaire : préconisations présentes depuis plusieurs années dans les objectifs des programmes et prises en compte au DNB comme au bac.

6. Notation de l’épreuve
L’épreuve est notée sur 40 points.
Chaque exercice est noté entre 3 et 8 points, le total étant de 36 points. La note attribuée à chaque exercice est indiquée dans le sujet.
Par ailleurs, 4 points sont réservés à la maîtrise de la langue.
Commentaire : la compétence 1 du socle commun, est ici évaluée lors de sa mise en œuvre dans une production mathématique. Il convient également de le faire durant la formation au collège.

Documents joints